Le Canada élargira son programme de prédédouanement avec les États-Unis

4
Avr

7368596_causLe premier ministre Justin Trudeau et le président Barack Obama ont annoncé, lors d’une visite officielle à la Maison-Blanche, que le programme de prédédouanement sera élargi.

Conformément au programme actuel de prédédouanement, les passagers de huit aéroports canadiens participants et d’une gare ferroviaire sont en mesure de passer aux douanes et à l’immigration avant leur départ, ce qui réduit leur temps d’attente à leur arrivée aux États-Unis. L’expansion du programme permettra d’ajouter l’aéroport Billy Bishop de Toronto, l’aéroport Jean Lesage de Québec et la Gare Centrale de Montréal.

Le président-directeur général de l’Association américaine du voyage, Roger Dow, a chaudement applaudi la nouvelle de l’expansion.

« Le prédédouanement des passagers canadiens est bénéfique pour notre sécurité nationale », a indiqué monsieur Dow avant d’ajouter que « les normes élevées en matière de sécurité du Canada garantiront que les voyageurs entrant aux États-Unis via Toronto, Montréal ou Québec auront été rigoureusement contrôlés avant leur arrivée ».

Le prédédouanement est actuellement implanté à l’Aéroport international de Calgary, à l’Aéroport international d’Edmonton, à l’Aéroport international Robert L. Stanfield d’Halifax, à l’Aéroport international Pierre-Élliott-Trudeau de Montréal, à l’Aéroport international Macdonald-Cartier d’Ottawa, à l’Aéroport international Pearson de Toronto, à l’Aéroport international de Vancouver ainsi qu’à la Gare de Vancouver Pacific, la principale gare de Vancouver.

Chaque année, environ 11 millions de passagers s’envolant vers les États-Unis passent les douanes dans les huit aéroports participant au programme actuel. En plus de réduire le temps d’attente, le prédédouanement permet d’offrir une plus grande sélection de vols aux voyageurs canadiens en leur donnant le droit d’effectuer des correspondances à des aéroports comme l’Aéroport Ronald Reagan Washington Airport, qui ne possède pas de douanes dans ses installations.

De plus, le programme de prédédouanement permet de réduire la charge de travail des agents responsables de la sécurité intérieure dans les aéroports les plus achalandés des États-Unis.

« L’annonce faite aujourd’hui est une excellente nouvelle pour de nombreux aéroports intérieurs d’ici, aux États-Unis », a déclaré monsieur Dow. « Les ajouts à Toronto, Québec et Montréal contribueront à réduire la charge de travail des agents des douanes aux points d’entrée américains, ce qui leur permettra de concentrer leurs ressources sur des cibles à plus haut risque ».

En vertu de l’entente révisée, les deux administrations devront améliorer leurs capacités de partage d’information, notamment en ce qui a trait aux listes d’interdiction de vol respectives.

Même si des activités de prédédouanement ont été mises en œuvre pour la première fois au Canada en 1952 en permettant à des agents américains de contrôler les passagers de l’Aéroport international de Toronto, il aura fallu attendre jusqu’en 1974 avant qu’une entente formelle ne soit ratifiée.

Le passage de Justin Trudeau à la Maison-Blanche a marqué la première visite officielle d’un premier ministre canadien aux États-Unis depuis les 19 dernières années.

 

Cliquez ici pour lire l’article original.