Qu’est-ce qui stimule la génération Y sur le marché du travail?

4
Avr

SGénération Yelon les prévisions, la génération Y occupera 75 % de la main d’œuvre d’ici 2025 et, avec eux, viennent de nouvelles idées et valeurs qui bouleversent la mentalité « bourreau de travail » qui prévalait au sein de la génération précédente. L’une des plus importantes sources de motivation pour cette génération « expérientielle » est le voyage. Habituellement considérés comme une prérogative de la haute direction, les voyages se retrouvent désormais régulièrement dans la description des tâches et dans les avantages offerts spécialement à cette jeune cohorte de cadres.

Quelles sont les priorités de cette génération de fonceurs technophiles hautement scolarisés aux opinions très arrêtées? Chez Vision Voyages, nous avons réduit cette liste à quelques recommandations clés pour l’utilisation des voyages comme moyen pour attirer et retenir les meilleurs talents.

Voyages d’affaires
Alors que les générations précédentes concevaient les voyages d’affaires d’un point de vue strictement utilitaire, les Y y voient une occasion d’élargir leurs horizons et d’entretenir des liens avec la collectivité mondiale. En tant que première génération ayant grandi avec l’Internet, leur monde n’est pas encombré par les frontières géographiques, et les voyages d’affaires sont perçus comme un moyen de découvrir de nouvelles cultures, de rencontrer de nouvelles personnes en plus de gagner un nouveau client ou de signer un contrat. Les voyages d’affaires et d’agrément (aussi connu sous le nom de « bleisure ») sont en hausse de popularité parmi les Y, lesquels prolongent leurs voyages d’affaires afin de faire l’expérience de leur destination et de ce qu’elle a à offrir.

Affectations à l’étranger

La plupart du temps, la génération Y recherchera des postes leur permettant de voyager. Selon le rapport de PwC  « Millennials at Work: Reshaping the Workplace », environ 71 % des Y s’attendent à – ou espèrent – être affectés à l’étranger durant leur carrière. Permettre à cette génération de faire des affaires à l’étranger leur permet de développer de nouvelles compétences ainsi qu’une stratégie mondiale pour l’entreprise. Bref, la mobilité mondiale est bénéfique tant pour l’employeur que pour l’employé.

Répondre aux besoins de la génération numérique

La génération Y a grandi durant une période de l’histoire où la technologie et les nouveaux médias ont complètement transformé le monde. Ces gens étaient à l’avant-garde de la conception des médias sociaux, du réseautage centré sur les applications et des avancées technologiques leur permettant de travailler à distance. Ainsi, en leur fournissant des appareils issus des plus récentes technologies (p. ex. : un cellulaire ou un portable à la fine pointe de la technologie), vous ouvrez la voie à un bureau avec des horaires en dehors de l’habituel « 9 à 5 ». Les employés ne sont plus attachés à leur ordinateur de bureau et coincés dans leurs cubicules. Travailler à distance est une tendance lourde qui ne cesse ne croître depuis quelques années. Dans certains cas, les employés sont même encouragés à apporter leurs propres appareils afin de permettre à ceux-ci d’accéder aux données, aux programmes et aux systèmes de l’entreprise à partir de leur appareil mobile personnel. Cette attitude est particulièrement avantageuse pour les personnes voyageant régulièrement pour affaires.

Voyages de motivation

La génération Y est reconnue pour être davantage motivée par les expériences que par l’argent et quoi de mieux pour vivre une expérience de vie qu’un voyage? Inspirées de ce constat, les entreprises offrent désormais des vacances préembauches  à leurs employés potentiels. Ainsi, au lieu de recevoir une prime financière, les nouveaux employés reçoivent des vacances de luxe. D’ailleurs, ce type d’incitatif peut aussi servir de prime au rendement. Certaines entreprises vont même plus loin en ludifiant leurs évaluations de rendement et en offrant des voyages comme récompense pour la réalisation de certaines tâches ou l’atteinte de certains objectifs de rendement. Cette stratégie, qui connaît un grand succès, permet de répondre efficacement aux besoins de la génération « travailler dur, jouer dur ».

Responsabilité des entreprises
La responsabilité sociale des entreprises (RSE) plaît aux Y et est un facteur important dans leur recherche d’emploi. Ainsi, nous avons mis sur pied la Fondation Vision Voyages en 2014, une fondation à but non lucratif ayant pour objectif de redonner à la collectivité. Notre fondation nous permet de soutenir différentes activités sociales, éducatives ou de bienfaisance à l’échelle nationale. En outre, la génération Y est reconnue pour sa propension à donner de son temps comme manière (le mot « temps » se répétait)de redonner à la collectivité. Ainsi, selon le rapport 2015 Millenial Impact Report, les personnes issues de la génération Y préfèrent recourir à leurs aptitudes personnelles plutôt que de donner de l’argent aux œuvres de bienfaisance. Dans cette optique, mettre en place un programme de RSE permet aux Y de se sentir fiers du travail accompli pour leur employeur et pour leur collectivité. En plus, en permettant aux employés de voyager vers une destination dans le but d’y prêter main-forte, ceux-ci pourront non seulement satisfaire leur désir de voyager, mais aussi se réaliser en servant l’intérêt commun. L’une des initiatives de la Fondation Vision Voyages comprenait le déploiement d’effectifs outre-mer, y compris lors du séisme dévastateur qui a frappé le Népal l’an dernier.

 

Cliquez ici pour lire l’article original